Fin de la journée de pratique vipassana

La première journée exclusivement réservée à la pratique de vipassana vient de se terminer.

Pour les débutants n’ayant jamais effectué une retraite Vipassana complète, il est difficile de se faire une idée précise de la pratique uniquement sur la base des soirées Vipassana. Pour cette population, ces soirées sont utiles pour apprendre la technique et se roder à la pratique, mais il y manque la durée d’immersion et la possibilité d’avoir un entretien individuel avec l’enseignant, deux éléments fondamentaux pour progresser dans la qualité de sa méditation.

Pour ceux qui ont déjà effectué une ou des retraites, c’est aussi l’occasion de faire le point sur sa pratique.

C’est la raison pour laquelle nous avons organisé cette une journée complète où chacun pouvait évoluer à son rythme et avoir un entretien individuel.

2 réflexions au sujet de « Fin de la journée de pratique vipassana »

  1. Très sympa cette journée de méditation. Le fait que cela soit sur une journée permet de bien avancer sur sa pratique. Une très grande disponibilité de notre professeur que je remercie. A très vite.
    Sandrine

  2. Après quelques séances de méditation Vipassana le jeudi soir qui m’ont déjà beaucoup apporté, j’ai voulu me lancer dans une journée complète pour voir ce que l’étirement du temps apportait en plus, avec la sécurité d’être accompagnée et guidée, car même si j’étais sûre des bienfaits de l’exercice, rester une journée complète dans cette situation représentait pour moi de l’inconfort, des appréhensions, des doutes, et une contrainte-contraignante- qui-contraint (…) Quel bonheur de voir qu’on y arrive, que ça ne contraint pas plus que ça, et de découvrir toutes les petites étapes de notre observation, là où on en est, avec l’aide précieuse d’Eric au moment de l’entretien. La révélation pour moi est de VOIR sur une journée complète le défilé spontané des états d’âme et émotions, qui surgissent et disparaissent comme les nuages, ce qui m’a enfin rendu très concret et palpable, le non sens que c’est de « glisser » dans ces états au quotidien. Il faudra du temps et de la pratique pour pouvoir mettre en oeuvre cette prise de conscience au jour le jour, mais cette découverte m’a permis du coup de dépasser le stade théorique pour « tomber dans mes cellules ». Ca me tranquillise et m’ouvre une nouvelle part de liberté. Eric, un Grand Merci.

Les commentaires sont fermés.